Salle n° 10 - Friedrich Ebert dans la mémoire collective


En décembre 1924 le tribunal de Magdeburg donne raison au journaliste Rothardt qui avait accusé Ebert de haute trahison. Ce dernier interjette appel contre la décision. Face aux calomnies Ebert néglige sa santé et décède d’une péritonite le 28 février 1925 ; le 4 mars après des funérailles nationales à Berlin, il est enterré au Bergfriedhof à Heidelberg le 5 mars.

L’exposition se termine avec une frise chronologique indiquant les points marquants de la biographie de Friedrich Ebert.

Dans la mémoire collective, Ebert, le sellier de Heidelberg, l’homme politique du mouvement ouvrier, est associé à la fondation de la première démocratie allemande dont il était le premier président élu au suffrage universel indirect. Sortant la jeune démocratie allemande des intempéries des années d’après-guerre (1918 à 1923) ce jeune président est le garant de la stabilité.



Affiche du SPD au printemps 1925 en soutenant Otto Braun aux élections présidentielles après le décès d’Ebert.

Source: Deutsches Historisches Museum